Skip to content Skip to footer

Écrire au rythme de la jeunesse

Cette année notre festival s’inscrit sous le thème de la jeunesse!

Rencontrez nos autrices au cœur d’enfant qui partagent leurs récits. Elles vous feront découvrir des personnages enjoués et vous transporteront dans des univers fantastiques empreints de tendresse, d’humour et d’amitié.

Retrouvez les autrices, Carine Cakpo, Guédeline Desrosiers et Marie-Denise Douyon au kiosque des Éditions Muzikiddy pour des séances de dédicaces, des mises en lecture et du coloriage, au parc de la Pointe-Merry à Magog

Photo : Tracy Brutus

Carine Cakpo est originaire du Bénin. Elle a poursuivi ses études universitaires en France avant de s’installer au Québec avec des rêves et des projets plein la tête pour la réussite scolaire des jeunes et l’éducation positive. Arrivée sur cette belle terre d’accueil, elle a tout de suite mis sa plume au service de la communauté, au sein de l’équipe de la Maison des Enfants de l’Île de Montréal, où elle répondait aux lettres et préoccupations des jeunes. Elle est une auteure jeunesse dont les œuvres stimulent l’imaginaire et la curiosité de l’enfant. Ancienne intervenante sociale et actuelle enseignante, elle possède une compréhension profonde des jeunes esprits, enrichissant ses récits de nuances pédagogiques qui invitent à l’identification.

Avec des titres comme « Ofélie, l’otarie qui aimait les livres », « O comme », « La lumière invisible d’amour », « La ferme des respectables » et « Qui crie à la ferme? », Carine explore des thèmes variés tels que l’amour des livres, l’amitié et la persévérance, mêlant réalisme et fantaisie. Ces histoires sont des outils précieux pour la promotion de la lecture et de l’écriture chez les jeunes, dans les écoles, les familles et les centres communautaires.

Depuis sa tendre enfance, Carine a toujours été passionnée par l’écriture et la lecture. Dans l’album jeunesse « Ofélie, l’otarie qui aimait les livres » et le petit roman « O comme… », l’autrice s’inspire de son propre amour pour les livres et les mammifères marins. Ces histoires mettent en contexte l’importance de la bienveillance parentale, la curiosité et de la persévérance, reflétant la conviction de Carine que chaque enfant peut développer un amour profond pour les livres et peut réaliser ses rêves.

L’auteure est aussi active hors des pages de ses livres, participant à des ateliers d’écriture et des séances dédicaces aux salons du livres et de lecture dans les écoles et bibliothèques. Sa passion pour la littérature jeunesse et son engagement à partager son processus créatif rendent ses interventions dynamiques et inspirantes, établissant un lien direct entre elle et ses jeunes auditeurs.

Comme elle le dit si souvent, « Écrire, c’est se libérer avec bienveillance, pour atteindre le soi rêvé, sans délaisser les qualités et l’émerveillement de l’enfant qui nous habitent ».

https://www.ccplumeroyale.com/a-propos/

Photo : Rosanita Solon

Guédeline Desrosiers, originaire d’Haïti, a posé ses valises au Québec à l’âge de 4 ans. Rieuse, créative et débordante d’imagination, son intérêt pour l’écriture se fait sentir dès son jeune âge. Livres et crayons deviennent alors son lieu secret voué à l’évasion et à l’enchantement. À l’âge de 14 ans, elle gagne le prix Écriture du concours Chronos Desjardins pour son texte « Le temps révélateur ». Plus tard, elle co-écrit le scénario de 2 films : N’oublie pas que je t’aime et Bienvenue dans la famille.

Enseignante de profession, l’autrice est reconnue pour sa démarche pédagogique, sa passion pour l’écriture et pour son engagement social auprès des jeunes. Impliquée activement dans divers organismes soutenant la persévérance scolaire, elle publie en 2021 son premier album jeunesse Lili Rose, La rencontre, issu d’une trilogie. 

Avec l’enfance au cœur de ses actions, l’autrice crée dans ses œuvres, des univers authentiques pour les petits à travers des écrits qui suscitent le rire, les questionnements et l’ouverture à l’autre. Elle trace subtilement des ponts pour unir petits et grands d’ici et d’ailleurs.

La collection Lili Rose dévoile quelques pages de son enfance, parmi lesquelles on retrouve une touche d’humour qui rappelle celui des petits qu’elle côtoie au quotidien. Inspirée par les thèmes abordés dans ses livres, Guédeline Desrosiers organise des ateliers littéraires et créatifs qui visent à promouvoir la diversité culturelle et à valoriser la littératie chez les enfants. 

Ambassadrice de la francophonie, l’autrice jeunesse va à la rencontre des jeunes pour les inspirer à lire, à écrire et à continuer de rêver. Aujourd’hui, elle parcourt écoles, bibliothèques et salons du livre pour partager sa passion avec les jeunes. Elle forme et accompagne également les enseignants qui désirent faire rayonner la diversité culturelle dans leur milieu en utilisant la littérature. 

« Écrire pour bâtir un monde où chaque jeune peut s’épanouir et réussir! »

https://gdesrosiers.com/

Ali Hadri-Hadri Production Courtoise Mosaique Interculturelle

Marie-Denise Douyon, une artiste d’origine haïtienne, a connu un parcours marqué par le nomadisme. Elle a émigré au Québec en tant que réfugiée politique en 1991. Le parcours d’exil de l’artiste l’a amenée à créer pour se recréer

« Vouloir se réinventer est un passage que bien des gens vivent, nous migrons tous intérieurement. Le parcours d’une vie est un voyage incessant jalonné de défis de reconstruction, de réinvention de soi. »

Le nomadisme marque très tôt le parcours de Marie-Denise Douyon, cette artiste a grandi en Afrique du Nord, étudié à New York et Washington et réside à Montréal. Diplômée des beaux-arts du Fashion Institute of Technology de New York, elle émigre au Québec en tant que réfugiée politique en 1991. Résilience et optimisme sont au cœur du message d’espoir que l’artiste Marie-Denise Douyon souhaite insuffler. 

L’élément déclencheur à l’origine de l’écriture pour Marie-Denise Douyon a été un incident douloureux à la fin de sa vingtaine. À travers une arrestation arbitraire en Haïti, des conditions d’incarcération inhumaines et de violence, elle découvre que la création, l’écriture et la peinture sont son exutoire. Lors de son incarcération, auprès des détenues pour la plupart analphabètes, elle se voit attribuer le rôle de scripte et écrit à des inconnus des lettres et missives amoureuses. 

Dans la suite logique de son parcours d’artiste peintre, en 2019, un projet d’écriture lui parait comme une évidence. Elle lance son premier ouvrage : Mots imaginaires pour se recréer, publié au Centre International de Documentation et d’Information Haïtienne, Caribéenne et Afro-canadienne (CIDIHCA). À travers ces courts récits qui s’inspirent de son parcours migratoire unique, Marie-Denise Douyon témoigne de la puissance de l’écriture comme levier de reconstruction et offre aux lecteurs un moment d’évasion.

www.muzikiddy.com

Photo : Michelle Sala

Barbara Sala est une artiste autodidacte d’origine allemande qui peint dans un style naïf très coloré. Ses toiles sont couvertes de personnages et d’animaux évoluant au milieu de symboles magiques et mystiques. Grande voyageuse, elle a vécu au cours de sa vie en Suisse, en Angleterre, en République démocratique du Congo, aux États-Unis, en République dominicaine et en Guyana, avant d’émigrer avec sa famille en 1974 à Montréal, au Canada. C’est en psychothérapie qu’elle a découvert son art, ne commençant à dessiner et à peindre qu’à la fin de la trentaine. 

Au fil des ans, Barbara Sala a créé plus de 500 toiles et participé à des expositions dans de nombreux pays, dont les États-Unis, la France, la Pologne, l’Espagne et Israël. Elle a aussi écrit et illustré des contes pour enfants, dont « Célestine et le Géranium magique » (2002) et « Village of the Heart » (2004), publiés par Trafford, ainsi qu’un troisième intitulé « Frédéric Laframboise et les abeilles » (2024) dont les planches sont mises en valeur dans cette exposition. En 2015, dans un tout autre registre pour adultes cette fois, elle a publié chez Booklocker un ouvrage à caractère biographique, illustré en noir et blanc, intitulé « Insectual ».

Toujours active, malgré des troubles de santé qui la taxent depuis 2020, Barbara Sala travaille à la rédaction d’un quatrième conte, s’adonne à la création dans son style unique de petites sculptures polychromes et reste active dans diverses associations, dont l’Association des artiste de Lasalle et le Westmount Poetry Group.

Démarche artistique

Pour cette artiste, le peintre naïf est à la fois un raconteur, un magicien et un visionnaire.  « Mon univers, dit-elle, est surtout peuplé d’animaux et il situe des mythes et des contes dans un contexte qui n’a pas d’âge. Au moyen de symboles, je raconte souvent des évènements à caractère psychologique et spirituel et je pénètre tel un enfant dans un monde d’innocence et d’émerveillement. Mes peintures m’entraînent aussi bien dans le passé que le futur. »

https://www.enoac.ca/fr/user/1128/public

Venez rencontrer Jean Brodeur, Michèle Plomer et Anne Brigitte Renaud au kiosque des éditions Chauve-souris pour jaser découvertes du monde par la lecture de romans jeunesse.
editionschauvesouris.ca

Animation A l’eau

Michèle Plomer
Michèle Plomer
Anne Brigitte Renaud
Anne Brigitte Renaud.

Avec comme toile de fond le triathlon international de Magog et les hauts et les bas d’athlètes et de para athlètes de haut niveau, le roman jeunesse À l’eau ! marie intrigue, art aztèque, traditions mexicaines, amitié et… premiers amours ! On peut voyager et s’ouvrir aux autres cultures et à l’Autre tout en restant chez nous. Il suffit de se montrer curieux et sensibles, deux qualités que Charlie, une jeune fille attachante qui ne manque pas de sens de l’humour et l’héroïne de À l’eau.

Auteure de récits et de nouvelles publiés dans différents collectifs et revues, de même que de l’album Deux dents de cachalot à paraitre en septembre 2024, Anne Brigitte Renauda codirigé La montagne à portée de voix (XYZ éditeur) et Memphrémagog (GID). Les romans jeunesse Sueurs froides et À l’eau ont été écrit à quatre mains avec Michèle Plomer. Michèle Plomer est l’auteure de sept romans parus aux éditions Marchand de feuilles : Le Jardin sablier (prix Alfred-DesRochers et mention spéciale du jury prix Anne-Hébert, finaliste prix de la relève Archambault), HKPQ (prix France-Québec, finaliste prix Archambault, finaliste prix Alfred-DesRochers), Porcelaine, Encre et Empois, les trois tomes de sa trilogie sino-québécoise Dragonville, Étincelle (finaliste prix des Libraires) et Habiller le cœur paru en 2019. Anne Brigitte et Michèle dirigent ensemble les Éditions Chauve-souris.

 

Animation Edgar et la Grise, en collaboration avec la Maison Merry

Jean Brodeur
Jean Brodeur

Jean Brodeur se passionne depuis l’enfance pour la grande et la petite histoire du Québec. Il a publié en deux tomes le roman Vers la Nouvelle-France (Éditions Hurtubise et Le Lys Bleu). Après Piano interdit, un roman pour la jeunesse qui trace le chemin d’une famille marquée par un drame de guerre, il signe avec Edgar et la Grise, une touchante histoire aux scènes dignes d’un film qui témoigne du courage des anciens qui ont participé à façonner le Québec d’aujourd’hui.